top of page
IMG_20230418_131406.jpg

Une publication avec des nouvelles que l'on préfèrerait ne pas avoir à annoncer, mais qui nous le savons, font parties des aléas de nos métiers.

- Nous avons en premier une affectueuse pensée pour B. et ses filles qui après plusieurs semaines de soins n'ont eu d'autre choix que de laisser partir leur adorable et jeune compagne équine en pension chez nous depuis plusieurs années.

- Ce fût ensuite à notre tour de devoir prendre la décision de mettre fin à la vie de la pouliche d'Alba et Funambule quelques heures après sa naissance. Malgré une envie de vivre des plus tenace cette jolie grullette, qui serait restée avec nous pour prendre la relève de sa maman, présentait une fente palatine non opérable et le pronostic était sans appel.

Alba a été gravement malade durant le premier mois et demi de sa gestation ce qui a très certainement eu un rôle plus que déterminant dans l'apparition de cette malformation.

Funambule est arrivé en Avril dernier (2022) avec ses tests sur les maladies vénériennes OK pour pouvoir être mis en quarantaine sanitaire dans un pré éloigné de la structure (comme c'est le cas de manière systématique lors d'une arrivée ici) directement avec la première jument que nous avions prévu de mettre avec lui: Alba.

Quelques semaines plus tard Alba a présenté du jetage puis un anasarque et une forme métastatique de la gourme. Un cumule de deux complications de la gourme retrouvé chacune dans deux pour cent des cas de cette maladie.

Alba a clairement lutté pour rester en vie pendant presque un mois et demi avec des injections quotidiennes et nous étions persuadés qu'elle ne mènerait pas sa gestation à terme.

Nous apprenons ensuite que Funambule avait contracté la gourme dans son ancienne écurie en début d'année 2022. Funambule ne présentait plus aucun symptôme mais le streptococcus equi equi responsable de cette maladie peut rester actif et être excrété jusqu'à 4 mois post infection.

S'en est suivie une année entière de quarantaine drastique pour Funambule et les juments avec lesquelles il a été en contact.

Le streptocoque se transmet par contact direct entre chevaux et/ou par le biais de l'humain (vêtements, chaussures, mains... ) et du matériel utilisé.

Il a fallu isoler Funambule et ses juments en deux groupes: ceux qui ont été malades et celles qui ont été en contact avec lui sans développer la maladie.

Ce fût une réelle contrainte dans la gestion des prés pâturés, d'une part par l'augmentation du nombre de groupe de chevaux (Funambule aurait dû rejoindre le groupe des étalons et les juments qui l'ont rencontré auraient dû rejoindre le troupeau de poulinières) et d'autre part dans la gestion de la localisation des prés.

Plusieurs de nos prés sont en bordure de route ou chemin passants et les promeneurs ont pour habitude de caresser et/ou donner à manger aux chevaux de pré en pré le long d'une même route () , les risques de contagion manuportée par les humains (autres que nous) étaient alors beaucoup trop importants, nous avons dû nous adapter.

Aujourd'hui, la quarantaine mise en place (séparation en deux groupes, localisation des prés, visite aux « gourmets » comme on les a appelé affectueusement durant un an en fin de journée sans contact avec d'autres chevaux après, utilisation de vêtements, chaussures et matériels que pour eux …) ont permis qu'aucun autre cheval de notre exploitation n'ait été contaminé et après moult tests PCR, endoscopies et sérologies sur chacun d'eux nous avons pu lever en ce mois d'Avril la quarantaine pour tous sauf pour Alba (nous restons prudents du fait de la forme métastatique qu'elle avait développé).

Pour terminer je vais parler seulement en mon nom pour souligner le courage du deuxième M, Matthieu, mon mari, a qui revient systématiquement la lourde tâche d'effectuer les euthanasies.

Promis, les prochaines publications seront plus joyeuses avec l'annonce de plusieurs naissances!

bottom of page